Le sort de La Censé de Cœur change

C’est en 2002, avec l’achat par la Fédération Française Naqchibendi, que ce château, « la Censé de Cœur », symbole de l’histoire sociale de la région, a été réanimé. Après une année d’attente pour l’obtention du permis, la Fédération a organisé les travaux de rénovation et de construction qui seront effectués par ses adhérents. Or, cette fois ci, l’édifice ne sera pas un château mais sera utilisé pour servir un but précieux.

Après l’achat, l’accord pour la rénovation a été obtenu au bout d’1 an et demi d’attente. Initié par la Fédération, les travaux ont été achevés à la fin de l’année 2005 grâce aux efforts des musulmans en Europe. L’aspect extérieur sera conservé pratiquement à l’identique. En revanche, l’intérieur a été entièrement réalisé en conformité avec la tradition d’art turco-islamique. Ainsi, l’harmonie Est-Ouest dans l’architecture a été effectuée.

L’Institut Buhara a la spécificité d’être le premier établissement en Europe à former des hommes religieux dans la lignée du soufisme. Suite à l’autorisation de pouvoir enseigner, l’Institut a été inauguré le 15 décembre 2006 et a officiellement débuté ses cours le 22 février 2007. L’Institut opère dans une zone de 1130 ares et a une superficie totale fermée de 2200 m2. D’autres zones sont constituées de lac artificiel, de forêt, de jardin et de parc.

Débutant avec 32 étudiants et 5 enseignants, l’Institut Buhara possède en 2018, avec sa classe préparatoire, 80 étudiants, 8 enseignants, 6 autres employés, ainsi qu’un directeur. En élargissant son effectif, l’Institut poursuit sa contribution à l’éducation religieuse en France.

NOUVELLES et ANNONCES